Il m'arrive de lire psychologie magazine ,enfin il faut qu'un article me fasse envie et que je trouve le temps de le lire , c'est pas closer ou public....

J'ai donc acheté celui d'octobre ou el dossier principal est sure "trouver le meilleur de soi" ...je vais pas m'etaler sur mon choix profond de l'achat de ce psychologie la.....

en l'ouvrant je suis tombé direct sur l'EDITO de Jean-Louis Servan-Schreiber (en page 11 l'edito) que je lis jamais d'ailleurs mais une fois est pas coutume ; je vais vous en faire profiter ,parce qu'il m'a particuliérement marqué , en abordant un sujet qui nous touche tous pour une raison ou une autre .

le titre :ENCORE MANGER?

"Manger n'est peut-être pas le plaisir le plus intense de notre vie,mais c'est bien le plus fréquent.On ne fait pas l'amour trois fois par jourde sa naissance à sa mort.Et quand le coup de rein se fait rare,il reste toujours le coup de fourchette.En se réveillant le matin ,nos ancêtres pas si lointains savaient que leur priorité était de se nourrir eux et les leurs.Aujourd'hui ,il ne s'agit plus de trouver des victuailles ,mais d'y échapper?Elles nous guettent à tous les coins de rues,ou à chaque rencontre.Après le de Decartes,la pensées philosophique de l'époque devient le de Souchon.
Et à notre culpabilité de manger trop s'ajoute maintenant celle de manger mal.ON FINIT PAR SE DEMANDER, SI PORTER UNE CUILLERE 0 SA BOUCHE NE RELEVE PAS D4UNE CONDUITE à RISQUE .Le doute plane:qu'est ce qui est bénèfique ou nocif,sain ou toxique,bien ou mal? De nécessité alimentaire,manger est devenu un probléme moral.On jge l'autre à son comportement à table--ou à son tour de taille.Les gros trouvent plus difficilement un job.
POUR MA PART ,J'AI CHOISI DEPUIS DES ANNEES DE ME SIMPLIFIER LA VIE EN NE MANGEANT QUE DEUX FOIS PAR JOUR.Jamais au dejeuner.J'observe depuis des réactions fortes ,entre suspicion(il n'est pas normal)et l'admiration(c'est heroïque!).L'idée que je me sente simplement mieux comme ça est difficile à faire passer.
ET SI C'ETAIT UNE FORME D'EPICURISME? Chacun de nous peut en effet constater que les trois ou quatre premiéres bouchées d'un mets réussi sont délicieuses ?Au-delà l'intensité des saveurs s'atténue souvent .Epicure professait que l'exces d'un palsiir pouvait menerà la souffrance .Manger juste nous garde en bonne santé et pourrait même faire de nous des philosophes.

MANGER ...un sujet tabou?